10, Rue de Versoix - 01210 Ferney-Voltaire
269, Avenue de Genève - 01220 Divonne les Bains
+1
Actualités

Neuf ou ancien : que choisir pour un votre investissement ?

Neuf ou ancien : que choisir pour un votre investissement ?

Neuf ou ancien : que choisir pour un votre investissement ? 


Investir dans la pierre pour s’assurer un rendement locatif pérenne, c’est tout un programme ! Et ça commence par une décision qui n’est pas forcément évidente : faut-il préférer un bien neuf ou ancien ? Pour faire le meilleur choix selon son projet, un comparatif des avantages et des inconvénients de chacun s’impose.


Investissement financier : des atouts dans le neuf et dans l’ancien


Côté prix, c’est l’ancien qui se distingue par ses tarifs plus attractifs à l’achat. En effet, il est courant de voir des prix jusqu’à 30 % moins chers que dans le neuf, selon les villes ou les quartiers. Un atout certain d’autant plus que la valeur patrimoniale de l’ancien à tendance à perdurer. Cependant, l’écart de prix entre ancien et neuf peut vite être diminué par la différence pratiquée sur les frais de notaire. Dans le neuf, il faut débourser entre 2 et 3 % du prix de vente, contre 7 à 8 % dans l’ancien. De plus, si le logement ancien nécessite des travaux de rénovation, cela peut vite faire grimper la note.


Dans le neuf vous pouvez bénéficier de dispositifs de défiscalisation intéressants. « Pinel, par exemple, permet aux acquéreurs d’un logement neuf de bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 63 000 €, selon la durée locative choisie. La loi Pinel s’applique également à l’ancien, mais à condition que de lourds travaux de rénovation soient entrepris, notamment pour s’assurer de la mise aux normes du logement en matière de performance énergétique.


Localisation et disponibilité : l’ancien tire son épingle du jeu


Les logements anciens ont un point fort : leur implantation géographique. Aussi bien situés en centre-ville qu’en périphérie, ils offrent un choix plus large à l’investisseur et, par conséquent, au locataire. La cible du bailleur est donc plus élargie : personnes seules, couples, familles, étudiants… sont autant de profils divers et variés que vous pourrez toucher, selon les critères recherchés (proximité des commodités, des écoles, des transports en commun, etc.). Le neuf, quant à lui, ne bénéficie pas du luxe de l’emplacement. Effectivement, les promoteurs doivent se contenter des rares terrains disponibles et les nouvelles constructions se retrouvent donc bien souvent excentrées.
Autre avantage de l’ancien : la disponibilité quasi immédiate du logement. Une fois le compromis de vente signé, vous pourrez le proposer directement à la location (si vous ne comptez pas y faire de travaux) et ainsi commencer à rentabiliser votre investissement. En achetant un bien neuf en VEFA, il vous faudra patienter un moment avant de pouvoir le mettre sur le marché. De la mise en route du chantier à la remise des clés, il vous faudra compter plus d’une année avant de pouvoir y accueillir des locataires.


Travaux, garanties, normes environnementales : le neuf se démarque largement


En achetant un bien neuf, vous n’aurez pas à réaliser de gros travaux avant de nombreuses années. Et si vous constatez des vices ou des malfaçons, là encore, vous n'aurez pas à mettre les mains dans le plâtre. De nombreuses garanties, à l’instar de la garantie décennale (pour le gros œuvre) et de la garantie biennale (pour les équipements), vous couvrent en cas de dommages.
Le confort moderne du neuf peut être un critère de choix pour les locataires. Isolation phonique et thermique, espaces privatifs extérieurs, ascenseurs aux normes, équipements PMR… un logement neuf a de quoi assurer un quotidien agréable aux futurs occupants ! 
Enfin, en ce qui concerne la réglementation énergétique et environnementale, l'investisseur qui fait le choix d'un bien neuf est tranquille ! En effet, la mise en œuvre des normes, dont la RE 2020, relève uniquement de la responsabilité du constructeur. Dans l'ancien, en revanche, l'urgence climatique vient bouleverser la quiétude des propriétaires. La loi Climat et Résilience de 2021 impose notamment une mise aux normes des logements dits « passoires thermiques » (comprenez ceux qui présentent un DPE F et G) sous peine de ne plus pouvoir être proposés à la location.